Jeudi 7 Avril, plus de soixante personnes étaient réunies à la Maison Vaillant pour écouter la conférence donnée par Nicole Bort, médiatrice familiale et formatrice.

Mme Bort a introduit le sujet de la Communication Non Violente à travers son parcours personnel, qui l'a amené  à évoluer de son travail d'avocate à celui de médiatrice intervenant notamment au sein de différents lieux d'accueil dans les communes voisines de Fontenay aux Roses et Issy les Moulineaux (centre de loisirs, activités périscolaires, ateliers de parents). Son objectif est de donner aux parents des outils pour mieux lutter contre les incivilités  et donner aux enfants un autre mode de réponse que la violence.

Ses sources d'inspiration principales sont Marchall Rosenberg et Carl Rodgers.

Lors de cette conférence, elle a également repris les fondamentaux du fonctionnement du cerveau, de la maîtrise des émotions et de l'apprentissage, nous rappelant que l'enfant, et plus particulièrement le jeune enfant de moins de 5 ans, réagit tout d'abord par rapport aux émotions qu'il ressent avant de pouvoir les exprimer et utiliser son "mental". Les neurotransmetteurs ont un rôle essentiel dans nos réactions : toute situation de stress va entraîner la sécrétion d'adrénaline associée à la peur, et de cortisol qui empêche un apprentissage serein. A l'inverse, une attitude bienveillante, des échanges chaleureux déclenchent au niveau du cerveau la sécrétion d'ocytocine, de sérotonine (le plaisir d’apprendre), d'endorphines, bien connues des sportifs, hormones du plaisir de vivre et la dopamine qui apporte la motivation, l’élan vers la découverte .

Pour illustrer les difficultés de communication, Mme Bort utilise l'image de l'"émetteur" et du "récepteur", qui, s’ils  ne sont pas réglés sur la même longueur d'onde, ne vont pas ou peu communiquer.

Devant toute situation de conflit ou de colère, Mme Bort recommande en premier lieu de " purger l’émotionnel, en exprimant le ressenti de l'enfant plutôt qu'en posant des questions qui vont s'adresser au mental et auxquelles l'enfant ne peut répondre tant qu'il est en état de stress " je comprends que tu es en colère" plutôt que " que s'est-il passé ?".

De même, l'usage de la punition ne  peut entraîner que révolte, humiliation, parfois même mensonge et dissimulation. Il vaut mieux utiliser un langage positif et exprimer son propre ressenti, puis chercher ensemble des solutions pour "réparer".

Enfin, quelques références pour approfondir le sujet, et un rappel de ce qui figure actuellement dans la loi du 8 juillet 2013 sur la refonte du système scolaire:

Les élèves ont besoin de travailler dans un climat serein pour réussir. Seule une politique pérenne et globale reposant sur une amélioration du climat scolaire peut faire diminuer les violences en milieu scolaire. Agir sur ce climat, c’est travailler sur la dynamique et sur les stratégies d’équipe, pour :

  • adopter des stratégies pédagogiques en faveur de l’engagement et de la motivation des élèves
  • établir un cadre et des règles explicites et explicitées
  • prévenir les violences et le harcèlement
  • privilégier la coéducation avec les familles
  • renforcer les liens avec les partenaires
  • améliorer la qualité de vie à l’école
  • (lien: www.education.gouv.fr/.../la-refondation-de-l-ecole-de-la-republique.ht... 

L'expérience de Nicole Bort apporte un vent d'optimisme et des outils pour aider enfants et adultes à coopérer dans un climat de bienveillance grâce à la communication non violente.