L'attentat de Charlie Hebdo, les prises d'otages d'aujourd'hui font l'objet d'images et de commentaires terribles.

Il est donc indispensable de parler à nos enfants de ce que nous vivons aujourd'hui car même si un enfant reste préservé au sein de sa famille de toutes ces images violentes, il a été confronté hier à la minute de silence, aux commentaires au sein de l'école mais aussi aux réactions de ses parents. Nul ne peut, je pense, rester insensible à ce qui se passe.

Aussi deux psychanalystes, Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste auteur de "3-6-9-12 Apprivoiser les écrans et grandir" aux éditions Séres, et Claude Halmos psychanaliste et écrivain, donnent 5 conseils dans "Ouest France":

1)PRENDRE L'INITIATIVE DU DIALOGUE

Même si les enfants sont petits, même si on a le sentiment qu'ils n'ont rien entendu, ils ressentent les émotions qui animent les parents. Si on ne leur parle pas ils peuvent avoir le sentiment que c'est de leur faute et peuvent ressentir de la culpabilité,vers 3-4 ans ils se sentent "indignes de comprendre ce qui se passe".

2)NE PAS CACHER NOS EMOTIONS 

Les adultes ont peur de se mettre à pleurer mais "cacher ses émotions n'est pas productif" dit Serge Tisseron.Il ne s'agit pas pourtant de trop communiquer sa peur.

Pour Claude Halmos "les parents ne doivent pas retenir leurs émotions" car "c'est une réaction humaine qui montre l'inhumanité de ce qui s'est passé".

Il faut dédramatiser en rappelant les faits.

Il est important de partir de ce que savent vraiment les enfants en leur demandant de préciser ce qu'ils ont compris.

"La parole de l'adulte doit servir de contenant et permettre à l'enfant de comprendre ce qu'il a vu ou entendu.Elle évite la construction d'images terrifiantes".

3)UTILISER DES MOTS SIMPLES

Il faut bien sûr s'adapter à l'âge et à la maturité des enfants ou adolescents.

Pour les plus petits il faut des phrases courtes, des termes simples.

Pour François Dufour, rédacteur en chef du groupe de presse Playbac qui publie "le Petit Quotidien", "Mon Quotidien"...il faut rester vigilant avec les adolescents demandeurs d'échanges mais qui peuvent être excessifs dans leurs prises de position. Il faut leur dire qu'on comprend leur réaction mais leur rappeler l'essentiel. "On peut défendre des valeurs sans agresser les autres".

Pour Claude Halmos il est important qu'il existe une réaction face à cet événement exceptionnel. "La police recherche les meurtriers, les gens se mobilisent dans les journaux, dans les rassemblements"

4)REPONDRE AUX QUESTIONS

 "Les parents amorcent l'échange pour que les enfants puissent se sentir libres de poser des questions" dit Serge Tisseron. Les adultes peuvent aussi dire "qu'ils ne savent pas quand il ne savent pas".

5)AIDER LES ENFANTS A COMPRENDRE ET A GRANDIR

"Ne pas perdre l'occasion de cette extraordinaire leçon de démocratie et de tolérance que nous pouvons leur donner" dit Serge Tisseron,en leur expliquant la minute de silence observée jeudi par exemple.

 

 

Apprivoiser les écrans et grandir        3-6-9-12


Le Professeur Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, spécialisé dans les relations jeunes-médias-images a mis en place la règle des 3 6 9 12.

Cette règle a été adoptée par l'Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA) en 2011 et a reçu le soutien de l’académie des sciences en janvier 2013.

Une affiche stipulant des âges et des préconisations simples à retenir a été éditée par les éditions Erès dans le cadre d'une campagne de prévention sur les risques des écrans sur le développement des enfants.

Conseil N°1: pas de télévision pour un enfant avant 3 ans et avec discernement après 3 ans.

En effet avant 3 ans l'enfant a besoin pour se construire d'interagir avec son environnement, à l'aide de ses 5 sens. Il a besoin de se percevoir comme acteur. Le temps passé devant les écrans diminue les moments de jeux, de découverte de l'environnement, d'interactions avec les personnes qui l'entourent.

Une importante consommation précoce de télévision favorise une attitude passive ultérieurement (à l'école, en société).

Par ailleurs l'adulte a la capacité visuelle et psychologique de prendre du recul par rapport aux contrastes constants de luminosité, d'intensité sonore de la télévision.

Mais l'enfant, lui, est dérouté voire complètement déstabilisé par ces va-et-vient.

 

Conseil N°2: pas de console de jeu vidéo personnelle avant 6 ans pour favoriser la créativité.

L'enfant a besoin de développer son imagination en créant de ses propres mains (dessins, modelages).

De même il est essentiel qu'il joue encore avec d'autres.

L'usage trop précoce des automatismes de la console de jeu défavorise le développement de sa motricité fine et de sa créativité.

En revanche les écrans sont un support intéressant de jeu en famille ou d'apprentissage mais l'enfant a besoin d'être accompagné et ces moments doivent rester occasionnels.

 

Conseil N°3: utilisation d'Internet accompagné à partir de 9 ans pour préserver son enfant.

Les enfants à cet âge restent psychologiquement fragiles.

Les parents doivent aider leurs enfants à mettre en place :

  • des repères solides de temps,
  • des notions de "sphère privée-intimité-et publique":pour se construire, l'enfant doit apprendre à trouver un équilibre entre son désir d'intimité et son désir d'extrémité (concept créé par Serge Tisseron); l'estime de soi se construit d'abord dans l'intimité et se poursuit dans l’extrémité: on va montrer des parties de soi afin de tester la réaction de l'autre.

Or sur Internet le risque est de trop se dévoiler, de trop se raconter.

De même il est important de bien faire la différence entre l'espace privé et l'espace public.


Conseil N°4: Internet seul à partir de 12 ans  avec prudence.

Le jeune adolescent peut surfer sur Internet s'il a compris et assimilé les règles précédentes (sphère privée-sphère publique...).

Il est cependant important de mettre un cadre (horaires, contrôle parental...).

En conclusion, les écrans, oui mais pas que : JOUONS et DIALOGUONS!


Pour aller plus loin quelques livres que je n'ai pas lus...:

Pour les adultes:

  • Qui a peur des jeux vidéos? de Serge Tisseron chez Albin Michel
  • Les dangers de la télé pour les bébés, non au formatage des cerveaux de S. Tisseron aux éditions Erès

Pour les enfants :

  • On zappe la télé de Nathalie Charles chez Rageot
  • Une bande de copains se lance un défi: vivre une semaine sans télé, sans ordinateur et sans jeu vidéo.
  • Lili regarde trop la télévision de Dominique de Saint-Mars et Serge Bloch chez Caligram Ainsi va la vie.

Un nouveau numéro vert 0800 200 000 pour protéger les enfants sur Internet

Le Secrétariat d’État chargé de la Famille, en partenariat avec l'Association e-Enfance, a lancé le 19 octobre 2011 le nouveau numéro vert gratuit Net écoute 0800 200 000 pour aider les familles à encadrer l'usage d'Internet par les jeunes.
 
Les services Net Ecoute, c'est aujourd'hui :

Le numéro vert gratuit 0800 200 000
•    Des réponses concrètes aux questions des parents, des adolescents et des professionnels de l'éducation à propos de l'usage sécurisé des technologies modernes de communication par les jeunes.
•    Des conseils pratiques en cas de problèmes (harcèlement, usurpation d'identité, contrôle parental...).

Le nouveau site info-familles.netecoute.fr
Un site élaboré à partir des questions posées par les parents autour de l'Internet, en complément du site netecoute.fr, réservé aux adolescents :
•    Un concept original de "panier à articles" pour créer son guide personnalisé en fonction de ses interrogations
•    Des dizaines de conseils et astuces sous forme d'une Foire aux Questions (FAQ)
•    La possibilité de contacter facilement un conseiller Net écoute pour répondre à des questions plus spécifiques
Un dispositif complet pour permettre aux parents de mieux comprendre les technologies contemporaines et ainsi mieux encadrer les pratiques de leurs enfants.

Consulter le nouveau site info-familles.netecoute.fr

 

http://education.francetv.fr

 

 

 

 

 

 

 

Ce nouveau site lancé par France Télévision est exclusivement consacré à l’Éducation.

 

Dans la «jungle actuelle» des sites internet, celui ci est clair, voire ludique.

Vous pourrez y trouver :

  • Des renseignements nécessaires pour les orientations vers des études supérieures ou dès la fin de troisième.

  • Des jeux éducatifs à partir de 3 ans pour apprendre en jouant : les petits manient aussi bien que nous le clavier d’un ordinateur, alors autant qu’ils s’instruisent en s’amusant.

  • Les articles de journaux de faits de sociétés (politique, santé, culture...) pour que les enfants puissent suivre l’actualité avec un vocabulaire adapté à leur âge.

  • Les programmes d'Histoire, de Mathématiques, de Français sont également accessibles afin de suivre l’évolution des chapitres , par classe, pour les parents comme pour les enfants.

  • De nombreux conseils pour les parents pour suivre la scolarité de leurs enfants et même pour après...

  • La possibilité de s’inscrire pour accéder à des forums et partager des expériences éducatives...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours dans le thème d'internet et de nos enfants, même si son titre est provocateur, voici un article ici qui est à la base de nombreux débats sur le web.

Il ne vous apportera pas de réponses mais vous permettra peut être de vous posez les bonnes questions.

Pour ma part, j'ai apprécier de lire les différentes opinions (des petits c... mais aussi des vieux c...) .

Bonne lecture.