Apprivoiser les écrans et grandir        3-6-9-12


Le Professeur Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, spécialisé dans les relations jeunes-médias-images a mis en place la règle des 3 6 9 12.

Cette règle a été adoptée par l'Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA) en 2011 et a reçu le soutien de l’académie des sciences en janvier 2013.

Une affiche stipulant des âges et des préconisations simples à retenir a été éditée par les éditions Erès dans le cadre d'une campagne de prévention sur les risques des écrans sur le développement des enfants.

Conseil N°1: pas de télévision pour un enfant avant 3 ans et avec discernement après 3 ans.

En effet avant 3 ans l'enfant a besoin pour se construire d'interagir avec son environnement, à l'aide de ses 5 sens. Il a besoin de se percevoir comme acteur. Le temps passé devant les écrans diminue les moments de jeux, de découverte de l'environnement, d'interactions avec les personnes qui l'entourent.

Une importante consommation précoce de télévision favorise une attitude passive ultérieurement (à l'école, en société).

Par ailleurs l'adulte a la capacité visuelle et psychologique de prendre du recul par rapport aux contrastes constants de luminosité, d'intensité sonore de la télévision.

Mais l'enfant, lui, est dérouté voire complètement déstabilisé par ces va-et-vient.

 

Conseil N°2: pas de console de jeu vidéo personnelle avant 6 ans pour favoriser la créativité.

L'enfant a besoin de développer son imagination en créant de ses propres mains (dessins, modelages).

De même il est essentiel qu'il joue encore avec d'autres.

L'usage trop précoce des automatismes de la console de jeu défavorise le développement de sa motricité fine et de sa créativité.

En revanche les écrans sont un support intéressant de jeu en famille ou d'apprentissage mais l'enfant a besoin d'être accompagné et ces moments doivent rester occasionnels.

 

Conseil N°3: utilisation d'Internet accompagné à partir de 9 ans pour préserver son enfant.

Les enfants à cet âge restent psychologiquement fragiles.

Les parents doivent aider leurs enfants à mettre en place :

  • des repères solides de temps,
  • des notions de "sphère privée-intimité-et publique":pour se construire, l'enfant doit apprendre à trouver un équilibre entre son désir d'intimité et son désir d'extrémité (concept créé par Serge Tisseron); l'estime de soi se construit d'abord dans l'intimité et se poursuit dans l’extrémité: on va montrer des parties de soi afin de tester la réaction de l'autre.

Or sur Internet le risque est de trop se dévoiler, de trop se raconter.

De même il est important de bien faire la différence entre l'espace privé et l'espace public.


Conseil N°4: Internet seul à partir de 12 ans  avec prudence.

Le jeune adolescent peut surfer sur Internet s'il a compris et assimilé les règles précédentes (sphère privée-sphère publique...).

Il est cependant important de mettre un cadre (horaires, contrôle parental...).

En conclusion, les écrans, oui mais pas que : JOUONS et DIALOGUONS!


Pour aller plus loin quelques livres que je n'ai pas lus...:

Pour les adultes:

  • Qui a peur des jeux vidéos? de Serge Tisseron chez Albin Michel
  • Les dangers de la télé pour les bébés, non au formatage des cerveaux de S. Tisseron aux éditions Erès

Pour les enfants :

  • On zappe la télé de Nathalie Charles chez Rageot
  • Une bande de copains se lance un défi: vivre une semaine sans télé, sans ordinateur et sans jeu vidéo.
  • Lili regarde trop la télévision de Dominique de Saint-Mars et Serge Bloch chez Caligram Ainsi va la vie.